Mon enfant est allergique au lait de vache !

Mon enfant est allergique au lait : ça pourrait être une nouvelle mode si ce n’était pas source d’autant de panique, d’angoisse et de peurs parentales !

Et c’est un sacré parcours du combattant, entre le diagnostic et le quotidien qui s’en suit.

Je commencerai par définir une allergie aux lait, plus précisément au lait de vache, et la différencier de l’intolérance au lait. Tu verras ensuite quels genre de symptômes peut développer un enfant allergique au lait. Enfin, on parlera “manger” : quels aliments éviter, où se cache le lait.. Puis je te donnerai quelques recettes que j’aime pour remplacer le lait dans l’alimentation.

C’est parti ?

Déjà, c’est quoi, être allergique au lait ?

L’allergie aux protéines de lait de vache (APLV), ou allergie au lait est une des allergies les plus courantes chez les enfants entre 0-3 ans (après l’œuf, l’arachide et le poisson). Elle est en revanche très rare chez l’adulte.

Au même titre que la plupart des allergies, l’allergie au lait est une réaction du système immunitaire du corps de l’enfant. Au contact des protéines contenues dans le lait de vache, il va produire des anticorps, et provoquer les réactions allergiques, qui peuvent être digestives, respiratoires ou cutanées (ou les 3)(source plus complète).

Dans 90% des cas, l’allergie disparaît entre les 3 et les 8 ans de l’enfant selon les sources.

Ne pas confondre APLV et IPLV

L’APLV, c’est l’acronyme d’Allergie aux Protéines de Lait de Vache. IPLV, c’est celui de l’Intolérance aux Produits Laitiers de Vache.

Contrairement à l’allergie qui est une réaction du système immunitaire à différentes protéines contenues dans le lait, l’intolérance est due à une déficience enzymatique. Elle n’est donc pas liée aux protéines mais à une enzyme : la lactase. En gros, il est prévu qu’un bébé animal (dont les humains) se nourrisse d’abord du lait de sa mère. Il produit alors des enzymes qui aident à sa digestion, notamment la fameuse lactase.

En grandissant, le petit se nourrit peu à peu d’autre chose jusqu’à se passer complètement de lait. La production de lactase va donc baisser au fur et à mesure qu’il grandit.Certaines personnes conservent une quantité suffisante de lactase, ce qui leur permet de bien réagir à la consommation de lait. Mais ce n’est pas le cas de tout le monde.

D’après plusieurs études, entre 0.3 à 1% des enfants de pays industrialisés seraient allergiques au lait (le taux varie en fonction des pays). Soit entre 3 600 et 120 000 enfants en France…

Les symptômes d’un enfant allergique

Comme évoqué plus haut, il y a 3 grandes catégories de symptômes : les symptômes digestifs, les symptômes respiratoires et les symptômes cutanés.

Symptômes digestifs

Avec un enfant allergique au lait, les symptômes digestifs sont le plus souvent les premiers repérés : reflux gastro-œsophagien (le fameux RGO), vomissements en jets, coliques, diarrhées, constipation… L’enfant ou le bébé se tortille de douleur, est difficile à calmer, à soulager.

Symptômes respiratoires

Le nez qui coule tout le temps, la gorge prise… Toujours un ou deux mouchoirs prêts à être dégainés, du sérum phy plein les poches, et le mouche-bébé dans le sac à main : tu connais ?

Les maladies respiratoires à répétition comme les rhinites ou les bronchiolites, l’asthme, la toux, ou encore les conjonctivites ou otites à répétitions sont autant de symptômes qui peuvent laisser soupçonner une allergie.

Symptômes cutanés

La peau qui gratte, qui fait des boutons, les plaques rouges… L’eczéma et l’urticaire sont des symptômes fréquents de l’allergie aux protéines de lait de vache. Ton médecin peut te prescrire des crèmes compatibles qui sauront soulager ton enfant, à condition que le déclencheur des crises soit évité. Les bains aux flocons d’avoine soulagent aussi très bien les affections cutanées (attention, à éviter si l’enfant est allergique au gluten !).

Alors tous ces symptômes ne présagent pas forcément d’une allergie au lait bien sûr. Mais si c’est systématique, et envahissant dans ton quotidien (et celui de ton enfant), il se peut qu’il y ait une piste à creuser du côté de l’allergie ou de l’intolérance alimentaire (au lait ou à d’autres aliments). Pense à consulter un médecin ou un allergologue pour aller plus loin !


Ne manque plus d’idées pour les repas de ton enfant allergique et reçois ton programme gratuit “7 jours ensemble avec les Allergies” !


Allergies croisées aux produits laitiers

Un enfant allergique au lait aura des chances d’avoir d’autres allergies associées : on appelle ça des allergies croisées (listes d’allergies croisées ici et ici).

La structure des protéines de lait de vache est proche de celle des autres laits animaux, comme le lait de brebis, de chèvre, de jument ou d’ânesse. L’enfant allergique y réagira certainement.

De même qu’il peut également développer une sensibilité aux viandes de ces animaux-là, puisqu’ils comportent des protéines proches de celles allergisantes contenues dans le lait.

Enfin, il est courant qu’un enfant allergique au lait de vache le soit aussi au soja.

Mais attention, il existe beaucoup d’allergies croisées, et tout dépendra de la sensibilité de ton enfant.

Où se cache le lait ?

Les produits évidents contenant du lait

Si ton enfant est allergique au lait de vache, tu devras éviter :

  • le lait de vache (tu l’auras compris)
  • les crèmes fraîches
  • les yaourts au lait de vache, les fromages blancs, les petits suisses etc…
  • le beurre
  • le fromage
  • les plats préparés avec du lait, de la crème, du beurre…

Les produits qui cachent du lait

Mais attention, parfois le lait de vache se cache dans des aliments insoupçonnés :

  • la margarine, qui est souvent présentée comme substitut au beurre, contient parfois du lait, de la caséine ou du lactosérum.
  • le pain industriel : s’il ne contient généralement pas de lactose (ok si APLV, mais pas ok IPLV), il lui est parfois ajouté de la caséine en conditionneur de farine (et là, pas ok APLV non plus, puisque la caséine est une des protéines du lait de vache).
  • la charcuterie, à laquelle sont souvent ajoutés du lactose et des caséinates, qui aident à l’agglomération des ingrédients.
  • les viandes industrielles, pour les mêmes raisons que la charcuterie
  • les vinaigrettes toutes prêtes
  • certains médicaments : le lactose y est utilisé comme liant.

Enfin, il existe plusieurs additifs qui se cachent sous des noms savants, qui peuvent aussi être incriminables :

  • E101 : vitamine G – Parfois issu du lait
  • E101a : Vitamine B2 – Parfois issu du lait
  • E101i : Riboflavin – Parfois issu du lait
  • E270 : Acide Lactique – Parfois fabriqué par des levures à partir de lait
  • E234 : Nisine – Parfois fabriqué par des bactéries sur un substrat composé de lait
  • E325 : Lactate de sodium – Parfois fabriqué par des levures à partir de lait
  • E326 : Lactate de potassium – Parfois fabriqué par des levures à partir de lait
  • E327 : Lactate de calcium – Parfois fabriqué par des levures à partir de lait
  • E328 : Lactate d’amonium – acide lactique (E270) combiné à de l’ammoniac
  • E329 : Lactate de magnésium – acide lactique (E270) combiné à du carbonate de magnésium
  • E399 : Lactobionate de calcium – Sel de calcium de l’acide lactobionique (qui est produit d’oxydation du lactose)
  • E478 : Esters glycéroliques et propylène – glycoliques d’acides gras lactyles – mélange contenant de l’acide lactique (E270), pouvant contenir du lait.
  • E585 : Lactate ferreux – Parfois fabriqué par des levures à partir de lait
  • E963 : Tagatose – Issu du lait
  • E966 : Lactilol – Issu du lait

Cette liste est malheureusement loin d’être exhaustive, mais elle te donne une idée d’où peuvent se trouver les produits laitiers. Dans tous les cas, prépare-toi à devenir un.e pro du décryptage des étiquettes ! Champollion n’a qu’à bien se tenir !

Qu’est-ce qu’on mange quand on est allergique au lait ?

Crème de cajou

Rassure-toi, personne ne sera privé.e de dessert ! Ton enfant est allergique au lait ? Qu’à cela ne tienne ! Je te partage ici 4 de mes recettes préférées pour remplacer les produits laitiers. Internet regorge de blogs et de chaînes Youtube de cuisine, alors vas y jeter un œil ! La cuisine végétale / végane, est ultra créative et gourmande (parce que c’est ce qu’on veut garder, non ?).

Pour remplacer le lait, le plus simple, c’est de le substituer par un lait végétal (pardon, une boisson végétale). Soja, riz, noisette, amande, cajou, épeautre, châtaigne… Il y en a vraiment pour tous les goûts ! Ca fait tout à fait le job, dans des gâteaux, pour une béchamel etc… Pour une boisson chaude, il y a plusieurs laits végétaux qui sont chouettes, notamment le lait de noisette (ou mix noisette-riz) pour un chocolat chaud bien gourmand ! Mais moi, la boisson chaude et réconfortante que j’aime le plus, c’est le lait d’or ! Une véritable découverte pour moi, et une gourmandise que j’ai envie de te partager !

Pour remplacer la crème, tu peux bien sûr utiliser des crèmes végétales du commerce. Comme pour les boissons végétales, il y en a pour tous les goûts : soja, riz, avoine, coco… Je te partage ma recette fétiche, celle qui me dépanne quand je n’ai plus de briquette : la crème de cajou.

Remplacer le beurre est assez facile est accessible en général. Entre les margarines (attention, toutes ne sont pas végétales), les beurres ou purées d’oléagineux (amande, noisette, cacahuète…), ou tout simplement les huiles végétales, il y a plein de façon de retrouver du gras dans nos assiettes ! Là où je trouve que c’est le plus frustrant, c’est sur les tartines : j’adore la purée d’amande le matin, mais la gourmandise associée au goût de beurre me manquait… Jusqu’à ce qu’une amie me fasse découvrir une recette sur un blog en anglais. Je te la traduis ici : ma recette de beurre sans lait / végane.

Sinon, tu peux aussi décider de ne pas remplacer le lait : il existe plein de recettes sans lait, sans lactose, et pleines de gourmandise ! Je te propose ici une recette de muffins au chocolat qui n’ont rien à envier aux versions classiques (également sans œufs, et possibles sans gluten)!

Tu n’es pas seul.e

Si cette allergie est plutôt courante, elle n’en reste pas moins déstabilisante quand elle nous tombe dessus (tu n’as sans doute pas reçu de préavis) !

Mais la bonne nouvelle dans le fait qu’elle est courante, c’est que tu n’es pas seul.e. Et ton enfant non plus.

Il y a plein de ressources disponibles, que ce soit en ligne ou dans des livres, pour trouver ton bonheur en cuisine ! Essaie le programme “7 jours ensemble avec les Allergies” de La Végétoile, tu y trouveras déjà un paquet d’infos et de recettes toutes plus gourmandes les unes que les autres, et tu auras de quoi retrouver la sérénité dans ta cuisine !

Et si tu n’as pas le temps de chercher, tester, essayer mille recettes, de fouiller des blogs, des forums, des groupes à la recherche de l’organisation qui te conviendra le mieux, je peux t’accompagner plus avant sur la question grâce au Coaching Végétoile !

Tu peux transformer la contrainte de l’allergie en force !

Camille Lartigue

Les repas ont toujours eu une place importante dans ma vie : pour nourrir mon corps certes, mais aussi et surtout pour partager.Mes valeurs d’éthique et d’écologie m’ont menée à remettre mon alimentation en question, mais c’est seulement depuis que je suis mère que j’ai découvert que la cuisine végétale pouvait ramener de la gourmandise dans le quotidien des enfants (et adultes) allergiques.J’ai à coeur de partager mon expérience pour que chacun.e puisse rester gourmand.e !

Articles similaires